Bientôt Yom Kippour !

Yom Kippour est le jour le plus saint de l’année – le jour durant lequel nous sommes le plus proche de D.ieu. Cela signifie « le Jour d’Expiation », comme l’enseigne le verset : « Car en ce jour, Il fera expiation pour vous purifier de toutes vos fautes, afin que vous soyez purifiés devant D.ieu. ». Il a lieu le 10 Tichri (en 2018, depuis quelques minutes avant le coucher du soleil, le 18 septembre jusqu’après la tombée de la nuit le 19 septembre). Pendant pratiquement 26 heures, nous nous abstenons de manger et de boire, de se laver ou de s’appliquer des lotions, de porter des chaussures en cuir, et d’avoir des relations conjugales. À la place, nous passons la journée à la synagogue, à prier pour le pardon.

Pour la semaine précédant Yom Kippour (connue sous le nom de 10 Jours de Repentance), certains passages sont ajoutés aux prières, et l’on est particulièrement méticuleux dans l’accomplissement des mitsvot. Si Yom Kippour est un jour de jeûne, la veille de Yom Kippour est consacrée à manger et à se préparer pour ce saint jour. Voici quelques-unes des activités que nous faisons la veille de Yom Kippour :

Les Kapparot sont souvent faites aux petites heures du matin.

Il existe une très belle coutume consistant à recevoir un morceau de gâteau au miel, de sorte que si, à D.ieu ne plaise, il a été décrété que nous devrions recevoir l’aumône, cela sera accompli par le fait d’avoir demandé du gâteau au miel et d’avoir reçu une bénédiction pour une bonne et douce année.

C’est pour cette raison que nous avons distribué un petit « Lekah » ; à chaque enfant dans leur paquet de Roch Hachana.

Nous prenons deux repas festifs, l’un tôt dans l’après-midi et l’autre juste avant le début du jeûne.

Beaucoup ont la coutume de s’immerger dans un mikvé en ce jour.

On donne à la charité plus qu’à l’accoutumée.

Juste avant le début du jeûne (après la fin du second repas), il est recommandé de bénir les enfants par la Bénédiction Sacerdotale.

Nous allumons une bougie spéciale qui brûle tout au long du jeûne, appelée Ner ‘Haïm.

En effet, bien que Yom Kippour soit le jour le plus solennel de l’année, il est imprégné d’une joie sous-jacente : la joie qui exprime notre confiance que D.ieu acceptera notre repentir, pardonnera nos fautes et scellera notre verdict pour une année de vie, de santé et de bonheur. Il existe la coutume qu’après Yom Kippour, nous commençons immédiatement la planification de la construction de la soukkah, que nous allons utiliser pour les joyeuses fêtes de Soukkot qui suivent à peine cinq jours plus tard.

Laisser un commentaire